Togo : Le PEAT, un projet d’eau potable qui maintient des communautés en bonne santé

mercredi 22 juin 2022 78

Une volonté active de fournir de l’eau potable à l’ensemble de la population est manifeste au Togo. Il a été donné de constater au cours des 15 dernières années, une importante progression du taux de couverture en eau potable sur l’étendue du territoire.

Le Projet eau et assainissement au Togo (Peat 1), mis en œuvre dans les villes Atakpamé et Dapaong pour un coût de 04 milliards de francs CFA, a permis de réaliser 2 500 branchements pour 20 000 Togolais et d’étendre le réseau de distribution d’eau sur 15 km.

Atakpamé et Dapaong aux anges

En détail, la ville d’Atakpamé a eu droit à 1 475 branchements privés pour le compte de plus de 14 000 habitants. Dans la même région, les localités de Glélou, Bakpètè et Tchakpali ont profité de nouvelles installations de 1 106 branchements d’eau.

A Dapaong, les capacités de fourniture d’eau du barrage Dalwak ont été renforcées (10 millions de mètres cube désormais par an). Les actions entreprises comprennent 1 106 branchements d’eau à des coûts réduits et la construction de 301 latrines familiales.

Nouvelle phase, nouveaux bénéficiaires

Après la phase une qui a pris fin en août 2021, la seconde (Peat 2), d’un coût de 25 milliards de francs, cible Tsévié, Sokodé et Kara. Sont déjà réalisés 510 branchements à Tsévié, 875 à Sokodé et 839 à Kara sur 900 branchements prévus dans chacune des 03 villes. Il est prévu à Tsévié la construction d’un château d’eau de 750 m3, la réhabilitation d’un autre de 1 000 m3 et la réalisation de 70 branchements dans les établissements scolaires publics et privés.

A Sokodé, un nouveau château d’eau de 1 000 m3 sera construit avec des travaux d’adduction. Pour la ville de Kara, les besoins en eau seront comblés par des travaux sur le barrage de la Kozah, l’extension du réseau d’adduction et de distribution d’eau sur une distance de 31 km et 70 branchements dans les établissements publics et privés.

L’ambition au final est d’assurer d’ici 2025, l’accès à l’eau potable de l’ordre de 95% en milieu rural, 85% en milieu semi urbain, 75% en milieu urbain hors Lomé et 80% dans le Grand Lomé. Des efforts précédents ont fait passer le taux d’accès à l’eau en milieu rural de 21 à 69% entre 2015 et 2019. En zone semi-urbaine, le taux d’accès était de 49% en 2019, contre 23% en 2015. Sur l’ensemble du pays, le taux de desserte d’eau est passé de 25% en 2005 à 70% en 2019.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /htdocs/templates/ts_newslinen/html/com_k2/templates/default/item.php on line 314